Like Me

Léa Leclerc

Le 12 juin 

Après le succès de Paul, l’an dernier, Léa Leclerc revient à Uzès danse avec la première d’une pièce qui interroge l’image que l’on donne de soi. Un nouveau solo dans lequel elle confirme les aspérités nerveuses de son écriture, des tonalités burlesques en prime.

After last year’s success with Paul, Léa Leclerc returns to Uzès danse with the première of a work which questions the image we project. A new solo in which she confirms the edgy roughness of her writing and burlesques shades she includes.

À l’abri derrière une vitre, un corps se donne à voir. Entre insolence et suffisance, il glisse du rouge sur ses lèvres, expose la force de son éclat… Dans ce glamour de façade s’installe une gestuelle aux accents mécaniques, régulièrement envahie de bugs et autres dérapages. Car si ce corps s’affiche en version glossy, à l’intérieur, des failles grondent et cherchent à faire éclater leur vérité… Animal social, l’humain construit la conscience et l’estime qu’il peut avoir de soi à travers ses contacts avec le monde. Être reconnu·e, aimé·e, voire envié·e, des désirs intimement liés à ce besoin d’interactions. Les réseaux sociaux numériques sont nés de cette nécessité, ils s’en nourrissent, et l’ont même renforcée, jusqu’à devenir pour certain·e·s d’indispensables lieux d’exposition d’une image de réussite, de bonheur – que cette image reflète la réalité… ou non.
C’est précisément à partir de ce « ou non » que la chorégraphe gardoise est allée creuser plus loin encore l’écriture acérée et captivante qu’elle avait déployée dans son précédent solo, Paul. La question de l’identité, toujours plus complexe que ce que l’on donne à en voir, revient ainsi comme moteur à un jeu d’élans contraires, aux mouvements et dynamiques contrastés. Une composition singulière dans laquelle l’artiste distille, cette fois, un parfum plus absurde, voire grotesque.


Chorégraphie, interprétation Léa Leclerc
Conseiller artistique David Wampach
Son Alexandre Aicardi - Raptatek
Création, régie lumière Alice Vogt
Costume Anna Friedli
Remerciements à Martine Guidi
© Maddonarie

Coproduction La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie, le conseil départemental du Gard. Avec le soutien de Loïc Touzé – Studio Honolulu (Nantes), Les lendemains - Espace Culturel la Berline de Champclauson et La Maison de l’Eau – théâtre d’Allègre-les-Fumades.


Rencontre avec Léa Leclerc (propos recueillis par Olivier Hespel)

Like Me : d’où vient ce titre ?
Cela vient des réseaux sociaux, des likes sur les réseaux sociaux. Avec, en toile de fond, le constat que cette recherche à être liké·e – aimé·e en somme – peut devenir plutôt « anxiogène », étant donné l’importance qu’a pris le nombre de likes ou de partages sur la valeur que l’on porte aux choses publiées sur les réseaux sociaux. Une importance qui vient influencer la façon que l’on a de communiquer sur ces réseaux, les posts que l’on y fait et, notamment, les photos que l’on fait circuler de soi.

Chorégraphiquement, comment avez-vous développé ce solo ?
J’ai parcouru les réseaux sociaux (Instagram, notamment) et j’ai repéré, sur des profils d’influenceuses, trois poses, trois façons de se montrer, que je trouve représentatives de l’image très lisse que ces « divas » peuvent donner d’elles-mêmes : maquillées, souriantes, etc. À partir de ces trois postures, j’ai cherché différents chemins pour venir les dérégler, avec l’idée de vouloir sans cesse sauver les apparences, malgré une perte de contrôle de cette image « parfaite » – comme si tout cela tombait en miette, mais qu’il fallait à tout prix garder la face.

Comme point de départ à ce solo, vous aviez l’envie également d’explorer d’autres façons d’écrire le mouvement…
C’est surtout en termes de manière d’aborder le travail que j’avais le désir de chambouler mes habitudes, en expérimentant par exemple des choses avec lesquelles je n’étais pas forcément à l’aise. Comme la lenteur ou le déplacement dans l’espace... Mais cette démarche, plus que de m’amener concrètement à une autre écriture, m’a plutôt permise de mieux comprendre ma manière de faire jusqu’à présent. C’est venu la nourrir et la développer, davantage que la changer. […] Ce processus m’a donné aussi, je pense, les outils pour tenter d’aller vers une première pièce de groupe. C’est en tout cas un travail que je vais entamer la prochaine saison, dans le cadre d’un dispositif de compagnonnage mis en place par le ministère de la Culture, avec le soutien de La Maison CDCN et du Conseil général du Gard. Un processus de recherche et d’expérimentation que j’envisage dans la continuité directe de Like Me, puisque je partirai d’un travail de transmission du vocabulaire chorégraphique de ce solo à quatre personnes – d’horizons et d’âges différents, et dont la danse ne serait pas l’activité principale –, avec l’envie cette fois d’interroger la question du groupe et son influence sur l’individu.

Le chorégraphe David Wampach a accompagné votre processus de création. Comment se sont déroulé ces échanges ?
Il est venu un ou deux jours durant mes différentes résidences. À chaque fois, je lui présentais les matières sur lesquelles j’avais travaillé, et nous commencions par en discuter. Nous nous sommes vite mis d’accord sur le fait qu’il puisse dire tout ce qu’il souhaitait et que je ferais ensuite mes propres choix… Il m’a apporté un autre regard sur ce que je fais, en pointant des éléments ou en tirant des fils que je ne voyais pas forcément et en m’encourageant à aller creuser certains de ces endroits. Ses interventions m’ont bousculée, questionnée, et emmenée là où je ne serais sans doute jamais allée seule – ou du moins, pas si rapidement.

  • dimanche 12 juin à 19h30
  • durée 35 minutes / Jardin de l’évêché
  • Parking de la Mairie (au pied de la cathédrale Saint-Théodorit) et Parking des Marronniers à proximité.

    CONVIVIALITÉ
    Nous vous accueillons 1h avant et après la représentation. Dans notre Bar - salon d’été, La Roulante propose un bar bio et une restauration légère de qualité, éco-responsable et diversifiée, faite de produits frais et locaux.

    ACCESSIBILITÉ
    Le Jardin de l’évêché est accessible aux personnes à mobilité réduite. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, signalez-nous votre situation avant votre venue, au 04 66 03 15 39.

    COVID-19
    Merci de respecter les règles sanitaires en vigueur au moment de la représentation. Pas de pass sanitaire, pas de masque obligatoire.

    VIGIPIRATE
    Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible d’entrer en salle avec un gros sac ou une valise. Des mesures de sécurité sont mises en place, il vous sera demandé d’ouvrir vos sacs.

    À VOIR ENSUITE, LE MÊME SOIR
    20:30 Soirée jeux mêlés (1h30) LAURENT PICHAUD / Les Vins AOP Duché d’Uzès - création - Bar du Jardin de l’évêché



  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez

tarifs & réservation