Greta Oto // Papillons d’éternité

Tânia Carvalho & Matthieu Ehrlacher

Le 18 juin 

La chorégraphe Tânia Carvalho nous revient en version musicale, et en tandem avec le saxophoniste Matthieu Ehrlacher. Apprêtez-vous à une clôture de festival envoûtante : un voyage au pays des brumes, là où tous les vents du monde viennent se rejoindre, et même le chant des sirènes…

Choreographer Tânia Carvalho comes back in a musical version working with saxophonist Matthieu Ehrlacher. Get ready for a spellbinding closing experience that takes you to misty lands where winds from around the world blow together and even siren song can be heard …

Loin d’être une inconnue du festival, Tânia Carvalho a plus d’un talent en réserve. Chorégraphe, elle nous a offert à plusieurs reprises des pièces de groupe aussi délurées que rigoureusement orchestrées, telle Onironauta, l’an dernier. Son piano et sa voix nous ont également emporté·e·s dans d’étonnants concerts où rôdent mélancolie et tumultes ténébreux.
Pour cette édition 2022, l’artiste est de retour à Uzès avec un tandem créé en compagnie de Matthieu Ehrlacher, et baptisé non sans poésie, Papillons d’éternité. Un projet aux enjeux scéniques pluriels, qui nous offre ici la première d’une proposition musicale intitulée Greta Oto, nom d’un papillon d’Amérique Latine qui a la singularité d’avoir des ailes translucides. Un petit « miracle » de la nature aussi hallucinant que précieux et délicat.
Il y a quelque chose de cet ordre dans l’écriture musicale proposée sous ce titre, où s’entremêlent voix, saxophone et eco-erhu (vièle chinoise verticale, version végane). Dans un souffle presque continu, un troublant jeu de tressage se dessine entre ces trois vents sonores, jusqu’à la fusion, voire la confusion. En ressort un captivant voyage parmi mille et un paysages brumeux, emplis d’un parfum entêtant, à la fois âcre et suave, traversés par une lumière tantôt ténue, tantôt douce ou plus inquiétante.

Création, interprétation Papillons d’éternité (Matthieu Ehrlacher & Tânia Carvalho)
Direction technique Juan Mesquita
Communication, relations presse Sara Ramos
Administration, production exécutive Vítor Alves Brotas
Booking Colette de Turville
© Ruis Palma

Coproduction Agência 25 & Estúdio 25. Avec le soutien de Fábrica da Criatividade (PT) et O Espaço do Tempo (PT) pour les résidences artistiques. Estúdio 25 est une structure financée par la República Portuguesa – Cultura / Direção Geral das Artes.

Spectacle accueilli avec le soutien de l’Onda.

Rencontre avec Tânia Carvalho & Matthieu Ehrlacher (propos recueillis par Olivier Hespel)

Comment s’est formé votre duo ?
Tânia Carvalho  : Nous nous connaissons depuis 2013, mais vers fin 2019, un ami commun m’a parlé de ce qu’il faisait au saxophone. Cela a éveillé ma curiosité, m’a donné envie d’entendre sa musique. Je le lui ai dit, par courriel…
Matthieu Ehrlacher : J’avais déjà entendu le travail musical de Tânia. Et j’avais senti une proximité avec son univers. Quand j’ai reçu son message, j’ai répondu à sa demande – évidemment. Elle a alors improvisé sur mes solos, et m’a envoyé un enregistrement à son tour. De là, nous avons poursuivi nos échanges courriel (COVID « oblige »). L’envie de jouer ensemble était bien là. Mais nous n’avons vraiment pu le faire qu’à partir de l’été 2020.

Musicalement, Tânia, c’est surtout en tant que pianiste que l’on vous connait. Ici, vous jouez du erhu. Pourquoi ce choix ? Pour mieux répondre au saxophone ?
Tânia : D’une certaine façon... Mais j’avais aussi envie d’explorer un instrument qui permette d’autres gammes mélodiques, et qui soit plus proche de la voix dans ses modulations.
Matthieu : J’utilise des pédales d’effets et je travaille beaucoup avec les sons harmoniques du saxophone. Quand on croise ces sonorités-là avec la voix et le erhu de Tânia, il y a quelque chose de très surprenant qui se passe : les trois sons se mélangent au point, à certains moments, de se confondre.

Comment s’est construite votre musique ?
Matthieu  : Nous avons commencé par des improvisations, assez longues, pour comprendre comment nous pouvions dialoguer et comment cette rencontre pouvait évoluer musicalement. Quelques fois, nous réécoutions la session, repérions des éléments qui nous plaisaient, puis repartions sur une improvisation. Et ainsi de suite, pour affiner toujours un peu plus la structure, que l’on envisage comme un long voyage musical.

Papillons d’éternité, nom de votre tandem musical. Pourquoi ce choix ? Et pourquoi en français ?
Matthieu : Le choix du français n’est pas vraiment « raisonné »… Nous avons chacun une connexion avec cette langue : je suis né en France [Figeac] et Tânia y travaille beaucoup. Et puis, la première fois que nous avons pu répéter ensemble, cela a eu lieu en France…
Tânia  : Au départ, j’avais en tête l’image de deux papillons qui volent, tout en tournant l’un autour de l’autre… Dans « papillon », il y a aussi l’idée de transformations, qui résonne avec la façon dont nous construisons nos voyages sonores… Ensuite, dans le fait de relier « papillon » et « éternité », il y a quelque chose de mystérieux : quand on pense aux papillons, on songe plutôt à la fragilité, à une vie de quelques jours à peine…
Matthieu  : Il y a cette fragilité, c’est vrai. Mais on parle aussi de l’« effet papillon », cette énergie d’un battement d’aile qui rayonne bien au-delà du temps de vie d’un papillon, et peut-être pour l’éternité. […] Après, je préciserais que, si notre point de départ a effectivement été l’envie de jouer de la musique ensemble, Papillons d’éternité n’est pas qu’un tandem musical ; c’est plus fluide que cela. Pour nous, c’est un duo de créateurs-interprètes qui peut prendre d’autres « variations » : en tout cas, nous avons envie d’essayer d’autres formes scéniques que le concert.

  • samedi 18 juin à 23h00
  • durée 1h / Jardin de l’évêché
  • Parking de la Mairie (au pied de la cathédrale Saint-Théodorit) et Parking des Marronniers à proximité.

    CONVIVIALITÉ
    Nous vous accueillons 1h avant et après la représentation. Dans notre Bar - salon d’été, La Roulante propose un bar bio et une restauration légère de qualité, éco-responsable et diversifiée, faite de produits frais et locaux.

    ACCESSIBILITÉ
    Le Jardin de l’évêché est accessible aux personnes à mobilité réduite. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, signalez-nous votre situation avant votre venue, au 04 66 03 15 39.

    COVID-19
    Merci de respecter les règles sanitaires en vigueur au moment de la représentation. Pas de pass sanitaire, pas de masque obligatoire.

    VIGIPIRATE
    Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible d’entrer en salle avec un gros sac ou une valise. Des mesures de sécurité sont mises en place, il vous sera demandé d’ouvrir vos sacs.


  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez

tarifs & réservation