UNDERGROUND

Romain Bertet

Du 12 juin au 13 juin

En plantant littéralement son visage dans le sol, Romain Bertet plonge dans un autre monde. Accompagné par un riche travail sonore, son corps nous raconte cette improbable traversée… Une ingénieuse invitation à inverser notre perception, et à ouvrir notre champ des possibles.

In literally burying his face in the ground, Romain Bertet immerses himself in another world. His body takes us along on this improbable journey in this work that is accompanied by rich, deep sound. His performance challenges our imagination and upends our perception, opening up the realm of possibilities.

Dans le paysage tranquille du Parc du duché, une image interpelle : un homme est là, la tête enterrée. Quelque chose de surréaliste se dégage de ce tableau malgré tout bien réel. Bien vivant aussi : ce corps est loin d’être immobile… Aux alentours, des sons, des mots, se glissent, se dispersent, ici et là. Mais leur présence ne résonne pas avec la nature reconnaissable qui entoure cet étrange récit dessiné devant nous...
Telles sont les premières impressions que donnent à vivre UNDERGROUND, une trouble performance, à la fois physique et poétique, à laquelle Romain Bertet nous convie pourtant presque l’air de rien : comme si tout ce qu’il écrivait, avec son corps et la trame sonore/textuelle qui l’accompagne, n’avait rien d’incongru, était tout ce qu’il y a de plus naturel.
En ressort une mystérieuse immersion souterraine qui ouvre les portes de l’imaginaire en inversant notre rapport au monde, en donnant à entendre et à percevoir ce qui peut bien traverser un corps au visage planté dans la terre, dans l’envers de notre décor quotidien, un ailleurs tout aussi empli d’histoires et de souvenirs.

Conception, interprétation, texte Romain Bertet
Texte, dramaturgie Samuel Gallet
Régie, création sonore Éric Petit
Complicité artistique Vivianne Balsiger
Regard extérieur Max Fossati
© Éric Petit

Production L’œil ivre. Coproduction Le ZEF – scène nationale de Marseille, La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie, Châteauvallon-Liberté – scène nationale. Avec le soutien de la Drac et la région Sud PACA, le département du Var et la ville de Toulon.

Rencontre avec Romain Bertet (propos recueillis par Olivier Hespel)

UNDERGROUND , « en sous-sol » donc. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce qui est souterrain ?
C’est un peu une obsession chez moi, cette idée d’aller chercher ce qui est en-dessous, ce qui n’est pas visible, l’idée de plonger ou de creuser. Et cela, depuis ma première création personnelle : De là-bas (2016). Sauf qu’ici, ces idées sont traitées dans un rapport beaucoup plus direct avec le public, et sans les artifices scénographiques du théâtre puisque je travaille in situ et que j’ai vraiment la tête dans le sol : c’est une réalité concrète et, en même temps, chacun sait qu’il y a quelque chose d’impossible dans ce qui est en train de se passer.

C’est vrai que l’on peut se demander comment vous arrivez à respirer. Mais au-delà de cette interrogation « pratique », la pièce semble avant tout glisser la question d’apprendre à se tenir debout.
Il y a de cela, oui. C’est en tout cas ce qui se passe : une élévation inversée. Retrouver un corps qui « fonctionne » dans cette position contre-nature au possible… Il y a aussi la question de la liberté – en tant que danseur – que je peux trouver dans cette contrainte maximale. Toute une recherche physique (technique) a été nécessaire pour ouvrir la palette des possibles à partir de cette position-là. […] La démarche n’était pas de me mettre dans un état particulier, et encore moins d’écrire à partir de l’épreuve physique que cette situation peut générer. Même si rester la tête en bas, pendant une demi-heure, me met effectivement dans un certain état (c’est une certaine épreuve, ne fût-ce que pour respirer et rester calme), je ne donne pas à voir ce que je vis : il y a mon état d’interprète et l’état du personnage, qui parfois vont vraiment dans des directions opposées. J’ai cherché à utiliser mon corps comme « transmetteur » de l’univers que je pouvais projeter dans ce sous-sol, auquel le public n’a pas accès. En somme, je suis le « passeur » d’un hors-champs ; comme peut en convoquer le cinéma.

Parmi les images que vous donnez à voir, on ne peut s’empêcher de penser à l’autruche. De songer à l’arbre aussi…
On dit souvent de l’autruche qu’elle plonge sa tête dans le sol quand elle a peur. Mais c’est une fausse histoire. En fait, l’autruche enterre ses œufs et c’est pour cela qu’on peut la voir avec la tête dans le sol : pour s’occuper de ses œufs, en prendre soin. Après, évidemment, l’image est là, effectivement : la peur, se voiler la face. Et politiquement, cela prend sens, notamment si l’on pense à notre rapport face aux changements climatiques, ou face à l’accélération croissante des inégalités. Quant à l’image de l’arbre : oui, cela fait sens aussi... Mais il y a, dans cette pièce, beaucoup d’autres imaginaires possibles, que j’essaie de ne jamais figer. C’est ce qui m’intéresse dans le travail de création : aller chercher des images, des sensations concrètes et universelles, pour qu’elles puissent parler à chacun en fonction de sa propre histoire… Le travail sonore et textuel (respectivement, d’Éric Petit et de Samuel Gallet) qui accompagne mon travail physique, veille aussi à cela.

  • samedi 12 juin à 11h00
  • durée 30 minutes / au Parc du duché
  • Parking "des Marronniers" à proximité.

    INFORMATION COVID
    Quelques règles sanitaires en vigueur actuellement et qui sont susceptibles d’évoluer :
    • port du masque homologué obligatoire dans tous les espaces (pour les personnes de plus de 11 ans) ;
    • distance physique entre chaque groupe de réservation, dans tous les espaces ;
    • mise à disposition de solutions hydroalcooliques à plusieurs points clés.
    Nous vous remercions de bien vouloir respecter ces consignes. Nous vous assurons que nos équipes les respectent afin de vous accueillir dans les meilleures conditions.
  • Votre itinéraire sur Google Map
  • dimanche 13 juin à 11h00
  • durée 30 minutes / au Parc du duché
  • Parking "des Marronniers" à proximité.

    INFORMATION COVID
    Quelques règles sanitaires en vigueur actuellement et qui sont susceptibles d’évoluer :
    • port du masque homologué obligatoire dans tous les espaces (pour les personnes de plus de 11 ans) ;
    • distance physique entre chaque groupe de réservation, dans tous les espaces ;
    • mise à disposition de solutions hydroalcooliques à plusieurs points clés.
    Nous vous remercions de bien vouloir respecter ces consignes. Nous vous assurons que nos équipes les respectent afin de vous accueillir dans les meilleures conditions.
  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez

tarifs & réservation