Horrible Pugilist Brother

Olivier Muller

Le 17 juin 

Après HooDie, présenté en 2018, Olivier Muller nous offre la première de son deuxième solo. Une pièce volontairement composite, aux tonalités aussi poétiques que grotesques et kitsch. Un collage diablement chimérique, imaginé à partir de la figure mythologique de Pan.

Following HooDie, performed in 2018, Olivier Muller presents the première of his second solo. A deliberately composite work full of poetic tones that also contain grotesque and kitsch dimensions. A fiendishly quixotic collage that roots its inspiration in the mythological figure of Pan.

Mi-homme, mi-bouc, Pan est une divinité grecque pleine de contrastes, à la fois symbole d’osmose avec la nature et source de panique ou de chaos. Sans oublier ses dimensions lubriques et érotiques… Un personnage à l’identité complexe qu’Olivier Muller a choisi d’invoquer pour écrire un solo jonglant volontiers avec les antagonismes : raffiné/brut, noble/populaire, naturel/artificiel, extase/horreur… Autant de clivages avec lesquels il prend plaisir à jouer, pour mieux les démonter et nous entraîner dans un paysage entre-deux, « ce qu’en écologie, on appelle un “écotone”, une zone de transition entre deux écosystèmes, une lisière qui n’est ni l’un ni l’autre, et laisse donc place à l’inattendu », précise-t-il.
Convoquant tout à la fois Nijinski et son faune, les danses libres, expressionniste ou classique, mais aussi des gestuelles tirées du waacking ou du voguing, sa danse articule un joyeux kaléidoscope de styles en guise de « célébration de nos capacités de transformation ». La musique, elle aussi, se fait creuset de rencontres éclectiques dans lequel transparaissent sonorités électroniques, Debussy ou Sibelius. Quant à l’espace, il se dessine avant tout aérien, voire « climatique » et un rien magique par instants… Mais gardons une part de mystère sur ce partenaire de jeu qu’a imaginé Olivier Muller, jeune chorégraphe qui affirme ici une signature insolite, fragile et exubérante. Queer, vous avez dit queer ?

Conception, interprétation Olivier Muller
Regard extérieur Paola Stella Minni
Musique Benoist Bouvot

Lumière en cours
© Olivier Muller

Coproduction La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie, Klap Maison pour la danse Marseille, Maison de la Culture d’Amiens. Accueil en résidence KLAP Maison pour la danse Marseille, La Place de la Danse CDCN Toulouse/Occitanie, Charleroi Danse.

Rencontre avec Olivier Muller (propos recueillis par Olivier Hespel)

Que pourriez-vous nous dire sur ce solo ?
Je suis parti de l’envie de travailler sur la métamorphose et la transformation d’images et d’états au plateau, à partir notamment de Pan, figure de la mythologie grecque, demi-dieu, mi-homme mi-animal – ce qui le rapproche d’une chimère ou d’un faune... Avec l’idée aussi de travailler sur quelque chose d’assez composite, quelque chose entre l’érotisme et le monstrueux également. Même si tous ces éléments ne sont que des points de départ qui ont activé mon envie d’un solo, mais ne sont pas des « sujets » que j’avais envie de traiter en soi. (…) C’est un solo aussi, donc cela parle forcément de moi – d’une certaine manière : dans les choix esthétiques, dans les références, etc. Comme ce travail autour de Nijinski et de L’Après-midi d’un faune, où la gestuelle des mains est centrale, qui fait formellement lien pour moi avec des danses comme le waacking ou le voguing, des danses de fierté qui me plaisent beaucoup [danses apparues dans les années 1970 dans les communautés transgenre et gay afro et latino-américaines]. En même temps, ce rapport – avec une franche distance – avec des danses plus anciennes est très proche de ma propre histoire : ma mère était professeure de danse, j’ai grandi avec ces images de ballerines, et les ballets sont mes premières expériences de spectateur.

Il y a une belle touche d’humour aussi dans votre écriture… Un soupçon de kitsch, également…
J’ai besoin de trouver des endroits de joie et d’énergie, et de construire notamment à partir du plaisir de danser, de la joie de l’exécution du mouvement… Quant aux éléments kitsch, ils me font du bien ! J’adore les « kitscheries », les « idioties »… qui, je trouve, n’empêchent pas la présence de beaucoup de richesses de pensée.

Horrible Pugilist Brother : qu’est-ce qui se cache derrière ce titre ?
Parlant de son enfance, Charles Baudelaire a dit notamment qu’il avait eu beaucoup de chance d’avoir été élevé avant tout par des femmes, et de ne pas avoir eu à subir cette espèce d’univers masculin fait de coups de poing et de domination. Ce que j’ai traduit par ce « frère horrible pugiliste »…

Un titre presque antinomique avec ce qui se dessine au plateau, en somme.
Un peu, oui... Ce titre est une sorte d’épouvantail ou de formule pour éloigner le mauvais œil… Car la figure de Pan renferme une double image. Il y a ce demi-dieu cornu, qui bande et viole – le côté très toxique d’une masculinité prédatrice. En même temps, c’est aussi le dieu des forêts et des pâturages, un esprit de la nature, un esprit protecteur… Et c’est précisément cet entre-deux, cette lisière qui m’intéresse : travailler à partir de cet espace de friction – et de fiction – entre ces différents aspects.

  • jeudi 17 juin à 19h30
  • durée 40 minutes / au Jardin de l’évêché
  • Parking "de la mairie" ou "des Marronniers" à proximité.

    ACCESSIBILITÉ
    La majorité des lieux est accessible aux personnes à mobilité réduite. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous vous invitons à nous signaler votre situation au 04 66 03 15 39.

    CONVIVIALITÉ
    Restauration légère, à emporter
    Présence de foodtruck avant les spectacles à L’Ombrière et au Jardin de l’évêché.
    Salon d’été, au Jardin de l’évêché
    Ouvert avant et après les représentations au Jardin.
    Les soirées peuvent être fraîches, pensez à prendre une couverture.

    INFORMATION COVID
    Quelques règles sanitaires en vigueur actuellement et qui sont susceptibles d’évoluer :
    • port du masque homologué obligatoire dans tous les espaces (pour les personnes de plus de 11 ans) ;
    • distance physique entre chaque groupe de réservation, dans tous les espaces ;
    • mise à disposition de solutions hydroalcooliques à plusieurs points clés.
    Nous vous remercions de bien vouloir respecter ces consignes. Nous vous assurons que nos équipes les respectent afin de vous accueillir dans les meilleures conditions.

    VIGIPIRATE
    Ne vous chargez pas. Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible d’entrer en salle avec un gros sac ou une valise. Des mesures de sécurité sont mises en place. Il vous sera demandé d’ouvrir vos sacs.
  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez

tarifs & réservation