carte blanche

Danya Hammoud - artiste associée

Le 13 juin 

POREUX , un film de Danya Hammoud

« Poreux est une série de films documentaires qui se créeront chacun avec une femme d’une génération et d’un contexte différents. Reind est ma première rencontre, et non des moindres. Elle a 8 ans, j’en ai 40. Dans la porosité de cette rencontre, la discussion sur le mouvement glisse imperceptiblement vers une conversation sur le présent, sur les émotions, sur nos choix et actions, sur nos prises de risques, nos résistances et vulnérabilités. » Danya Hammoud

Avec Reind el Cheikh Ali et Danya Hammoud
Image Camille Lorin
Prise de son Julie Rousse
Montage Danya Hammoud et Camille Lorin
Mixage David Oppetit
Étalonnage Marianne Abbes
© L’heure en commun

Production L’Heure en Commun. Administration de production in8 circle • maison de production. Coproduction La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie. Partenaire Facteur de Ciel, association loi 1901.
Remerciements aux parents de Reind : Shereen et Fadi, l’usine Détours à Grasse, la famille Lorin, Yasmine Youcef, Carine Doumit.

Pour cette 26e édition du festival, nous proposons une carte blanche à notre artiste associée Danya Hammoud. L’occasion pour elle d’imaginer quatre rendez-vous, de nous inviter à quatre rencontres – au féminin pluriel – entre corps/mouvements et mots/paroles…

With this 26th edition of the festival, we have extended carte blanche to our associate artist Danya Hammoud. She has taken the opportunity to provide us with four different events, encounters in the feminine plural that bring together body/movement and words/language…

Par essence, on pourrait dire que la danse « échappe » aux mots. Ceux-ci sont pourtant bel et bien présents dans tout processus d’écriture chorégraphique. Ne fût-ce que pour inscrire les intentions de base d’une pièce, ou pour « archiver » les différentes réflexions et tentatives qui jalonnent sa construction.
Mais comment les mots agissent-ils dans une création chorégraphique ? Quelle·s cohabitation·s imaginer entre ces deux modalités d’expression que sont mots et mouvements ? Quelques-unes des questions que Danya Hammoud a confiées à trois chorégraphes-interprètes avec lesquelles elle a déjà pu travailler : Yasmine Youcef, Ghida Hachicho, Khouloud Yassine.
À chacune d’elles de s’emparer de cette invitation en proposant une forme courte et performative, en lien avec un projet en cours ou spécifiquement conçue pour l’occasion. À chacune d’elles ainsi, également, de partager son rapport aux mots, à la danse et au monde.
Quant à Danya Hammoud, en guise de quatrième rendez-vous de sa carte blanche, elle nous dévoile le premier volet d’une nouvelle aventure artistique pour elle : la réalisation d’une série de films documentaires. Là aussi, il est question de rapport au corps et au monde, de mettre des mots, de livrer une parole de femme.

Rencontre avec Danya Hammoud (propos recueillis par Olivier Hespel)

Pour cette Carte blanche, vous avez choisi de vous concentrer sur le rapport aux mots, à la parole et à l’écriture. Vous avez choisi trois invitées aussi…
J’ai choisi cet axe-là pour plusieurs raisons : à la fois pour poursuivre – et pour partager – une recherche que je mène depuis plusieurs années sur l’écriture comme un moyen de développement et de partage de la pensée du mouvement. Avec ici, un cadre assez précis : en partant d’un texte qui se rapporte à notre métier de chorégraphe ou d’interprète-danseuse, à son essence, à sa présence au monde, son rapport au monde... Pour ce partage, j’ai invité trois personnes avec qui j’ai déjà travaillé, avec qui je suis, depuis, en échange et en discussion autour de notre métier – et qui sont déjà venues à Uzès également : Yasmine Youcef (interprète dans Sérénités et dans Sérénités était son titre), Ghida Hachicho (Sérénités) et Khouloud Yassine (Mes mains sont plus âgées que moi). L’occasion aussi, pour le public du festival, de découvrir leurs travail et univers.

Une quatrième proposition dans cette Carte blanche nous conduit vers un autre rapport à l’écriture et aux mots : la projection du premier volet d’une série de films documentaires que vous avez commencé à réaliser. D’où vous est venue une telle envie ?
Cette démarche s’inscrit dans ma recherche autour de la parole à partir (et autour) du mouvement. À la grande différence que ce projet documentaire touche à un médium que je n’avais encore jamais exploré jusque-là, mais qui m’a toujours influencée et beaucoup apporté… Je tiens à préciser également que c’est un projet sur lequel je réfléchis depuis deux ans déjà – ce n’est pas la pandémie qui m’a guidée vers ce choix. Mais, concrètement, je n’ai pu commencer à filmer qu’en janvier de cette année. Dans le cadre de la Carte blanche, je pourrai donc présenter le premier volet de cette série documentaire que j’ai intitulée POREUX. Chacun des films de la série part de ma rencontre avec une femme ou une fille, et de mon envie de partager des questions autour du corps et du mouvement avec des femmes, à chaque fois de génération différente. L’enjeu de cette série n’est pas de faire un portrait de ces personnes – même si chaque volet (sa texture, son rythme, etc.) sera profondément influencé par la personne avec laquelle je serai entrée en dialogue. Chacune de ces rencontres se fait à partir d’un même point de départ : transmettre une partition de danse uniquement par la parole et par le texte – donc sans que je ne montre quoi que ce soit. À chacune alors d’essayer de mettre cette partition en mouvement. Même si cet enjeu de transmission n’est, en réalité, qu’un prétexte pour ouvrir avec chacune des conversations autour de ses expériences physiques, autour de son rapport à son propre corps, et du rapport au monde qu’elle vit à travers son corps.

  • dimanche 13 juin à 15h00
  • durée 42 minutes // au cinéma Le Capitole
  • Entrée libre.
    Accès sans réservation, dans la limite des places disponibles (jauges réduites).

    INFORMATION COVID
    Quelques règles sanitaires en vigueur actuellement et qui sont susceptibles d’évoluer :
    • port du masque homologué obligatoire dans tous les espaces (pour les personnes de plus de 11 ans) ;
    • distance physique entre chaque groupe de réservation, dans tous les espaces ;
    • mise à disposition de solutions hydroalcooliques à plusieurs points clés.
    Nous vous remercions de bien vouloir respecter ces consignes. Nous vous assurons que nos équipes les respectent afin de vous accueillir dans les meilleures conditions.

    VIGIPIRATE
    Ne vous chargez pas. Pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible d’entrer en salle avec un gros sac ou une valise. Des mesures de sécurité sont mises en place. Il vous sera demandé d’ouvrir vos sacs.
  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez