Roger

Guillaume Marie, Roger Sala Reyner, Igor Dobricic

Le 21 juin 

Partant de l’idée de la consolation, ou plus précisément de la figure de l’inconsolé (et non de l’inconsolable), le chorégraphe Guillaume Marie, le dramaturge Igor Dobricic et le performeur Roger Sala Reyner signent une pièce troublante et contrastée, centrée/concentrée sur un corps littéralement acculé dans un coin du plateau.
Sur une bande sonore balancée entre tumultes diffractés et silence profond, ce solo trace un lent et organique continuum. À la fois brute et détaillée, sa chorégraphie oscille entre suspension et tension, relâchement et soubresaut. Entre l’image d’un corps presque évidé, et le souffle tangible de ses tentatives d’échappée ou d’expulsion.
Un appel des sens semble guider cette écriture qui nous est donnée à suivre dans une très intime proximité. Le récit d’un corps traversé, bousculé, que l’on se surprend à sentir, à entendre, et à observer dans ses moindres détails.

This solo tells a tale of a slow, organic continuum to sound that swings between diffracted tumultuousness and deep silence. Choreography too oscillates between suspension and tension, release and sudden starts. Choreographer Guillaume Marie, dramaturge Igor Dobricic and performer Roger Sala Reyner work with the idea of the unconsoled (though not the unconsolable). Our senses seem to guide this piece which creates highly intimate closeness. A contrasting, disquieting work where we feel, hear and observe the body in its tiniest detail.

durée : 55 min.
Conception, chorégraphie Guillaume Marie
Conception, dramaturgie Igor Dobricic
En collaboration avec, interprétation Roger Sala Reyner
Lumières Marcel Weber/MFO
Régie générale Stéphane Monteiro
Musique KK Null, Fis
Texte Déchirures (extrait) de Joyce Mansour (1955)
Aide au costume Cédrick Debeuf
Graphisme Grégoire Gitton
Remerciements Anna Le Houerf, Erwan Coëdelo, Matthieu Hocquemiller, Suet Wan Tsang, Jean-Marc Diebold, Pol Mathé, David Dibilio, Ludger Orlok, Frauke Niemann
Production, administration Guillaume Bordier
Diffusion Tristan Barani

Accueil en coréalisation avec le théâtre de Nîmes, dans le cadre du programme Étape danse. Le programme franco-allemand ÉTAPE DANSE est un réseau composé par la fabrik Potsdam, l’Institut français Deutschland / Bureau du Théâtre et de la Danse, La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie et le théâtre de Nîmes - scène conventionnée d’intérêt national - danse contemporaine.

Production Tazcorp.
Coproduction Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, Tanzfabrik Berlin (DE), La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie, le théâtre de Nîmes, la Fabrik Potsdam (DE) dans le cadre du programme Etape Danse, Théâtre de Vanves, Emmetrop.
Avec le soutien de la Drac Île-de-France au titre de l’aide au projet, l’Institut Français - Berlin (DE). Accueils studio Tanzfabrik - Uferstudio (DE), Emmetrop, Fabrik Potsdam (DE).


Rencontre avec Guillaume Marie, par Olivier Hespel

D’où vient l’idée de ce solo ?
Pour mes deux dernières pièces (Edging et Ruin Porn), j’ai beaucoup réfléchi avec Igor Dobricic avec qui je collabore depuis une dizaine d’années – nous co-écrivons les pièces ensemble – sur le concept d’apocalypse : une fois sorti de son contexte religieux, qu’est-ce que cette « révélation » (apokálupsis, en grec) veut encore dire aujourd’hui et comment peut-elle être un point d’inspiration pour la danse ? Pendant cette recherche, nous sommes tombés sur Le Temps de la Consolation du philosophe Michaël Foessel. Pour lui, il ne faut pas penser l’apocalypse comme un évènement soudain qui fracturerait notre temps – vision chrétienne que l’on peut en avoir – mais plutôt considérer que nous sommes déjà en plein dedans : nous faisons face à une succession de crises (environnementale, économique, sociétale, …) sans qu’aucun paradigme ne change vraiment, sans que nous ne soyons passés dans le temps d’après. De là, nous nous sommes posés la question de savoir comment réfléchir cet après. Toujours guidés par les écrits de Foessel, nous sommes arrivés à la conclusion qu’avant de pouvoir commencer à conceptualiser des utopies, il faudrait d’abord apprendre à nous consoler de ce que nous avons perdu, tout en nous demandant comment l’espace du théâtre pourrait se prêter à cela. […] ROGER est la première pièce d’une série d’« allégories de la consolation » créées pour et avec des personnes que l’on aime, et qui à chaque fois porteront leur nom. En l’occurrence ici : l’interprète et chorégraphe Roger Sala Reyner.

Une allégorie de la consolation ?
Allégorie au sens où l’on peut reconnaître et suivre un tracé autour d’une idée, mais sans en saisir complètement tous les éléments. D’un point de vue formel, la pièce est une superposition de différentes couches qui donnent la sensation de pouvoir identifier et sentir les choses sans qu’il y ait pour autant des clés narratives ni même qu’une narration soit mise en jeu. […] Par rapport à la consolation, Michaël Foessel la déconstruit en définissant les figures qu’elle active : le consolateur, l’inconsolable et l’inconsolé. C’est cette dernière figure que nous avons travaillée ici, figure qui a un regard critique sur ce qu’elle a perdu et qui, de là, peut éventuellement trouver une solution à cette perte, sortir de son état d’inconsolation.

Que pouvez-vous nous dire de la singularité de l’espace en forme de triangle dans lequel se construit ce solo ?
Par ce dispositif, nous voulions mettre le public dans une proximité du regard avec l’interprète qui se retrouve acculé dans un coin. Cette image nous semblait faire sens avec la figure de l’inconsolé, tout en plaçant les spectateurs dans une position telle qu’ils peuvent devenir en quelque sorte des consolateurs, ou quelque chose de cet ordre-là. […] Nous avons aussi travaillé sur une temporalité un peu étirée, pour donner le temps à l’œil de regarder le corps de Roger Sala Reyner de façon presque médicale : dans ses détails, jusque dans la circulation intérieure de ses mouvements.

  • vendredi 21 juin à 19h30
  • Salles d’expositions de l’évêché
  • place de l’évêché, 30700 Uzès
    (à droite du Tribunal) - 1er étage
  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez

tarifs & réservation