Mobil Dancing

La Piste à Dansoire

Le 14 juin 

création

Revoici à Uzès la joyeuse bande de La Piste à Dansoire. La revoilà avec un nouvel opus, de nouvelles ambiances, un nouveau look. Mais toujours avec la même volonté : nous déshabiller de toute timidité, histoire de dynamiser nos envies à danser, histoire également que le dancefloor soit avant tout un grand jeu… collectif !
Si l’idée du bal et de la guinguette était le point de départ de leurs précédents passages au festival (éditions 2015 et 2016), c’est dans des ambiances dancing qu’ils ont décidé cette fois de nous plonger, avec le même appétit pour les brassages de cultures et d’énergies. Disco revisitée, cha-cha-cha africain, hip-hop électro-folk ou tarentelle électrisée sont quelques-unes des couleurs musicales avec lesquelles ils feront monter la température et, comme ils le disent eux-mêmes, « l’ivresse consciente du mouvement sans frontières et sans limites ».
Seul, à deux, à dix, à cent, à trois cents… leur Mobil Dancing nous invite à lâcher prise et souligne, en guise d’ouverture, une des ambitions du festival : être un espace de libertés et de célébration à partir de la danse.

A new work, new ambiances, even a new look for the joyful gang known as Piste à Dansoire, whose goal remains to drive away timidity and get everyone to dance. After a guinguette and a ball approach in the past, the dance-hall is the new place to be, with disco with a twist, African cha-cha, hip-hop, electro-folk and electrified tarentelle. Let yourself go, they tell us, and expressing our festival’s ambition, they create a space for dance freedom and celebration.

durée 3h
Danse, jeu, chant Fanny Biron, Anne-Sophie Champain, Brice Marchais,
Émilie Olivier, Élodie Retiere, Emmanuel Siret-Griffon

Orchestre La Pulse à l’orteil : Cédric Cartier, Geoffroy Langlais, Benoît Mace, Aymeric Torel
Écriture, mise en scène création collective La Piste à Dansoire
Regard extérieur François Juliot
Administration de production, diffusion Patrick David

Accueil en coréalisation dans le cadre de la préfiguration de l’Ombrière, futur équipement culturel du Pays d’Uzès, et en collaboration avec La Verrerie d’Alès - Pôle national des arts du cirque.

Production Collectif Mobil Casbah.
Coproduction Onyx La Carrière, Superstrat, CNAREP Sur le Pont.
Soutiens à la production La Verrerie Alès, La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie, la communauté de communes Pays d’Uzès en préfiguration de L’Ombrière, Le Bal de la Leu, Les Machines de l’Île, APAJH 44, agglomération Montargoise et rives du Loing, ville de Couëron, La Rue du Milieu, conseil départemental Loire atlantique, conseil régional Pays de la Loire.
Accueil en résidence Asso Déviation (Chabeuil), La Machine Pneumatique (Marseille), Ici ou Là (ville d’Indre), ville de Sainte-Luce-sur-Loire, Quai des Chaps (Nantes), Château de Goutelas (Marcoux), CNAREP Sur le Pont (La Rochelle), Cap Nort (Nort-sur-Erdre), Cie Non Nova (Nantes), CCN de Nantes.

Rencontre avec Émilie Olivier, par Olivier Hespel

Mobil Dancing est un nouvel album, un nouveau chapitre que vous ouvrez. Qu’est-ce qui a changé par rapport au premier opus, lancé fin 2012 ?
Tout, et rien à la fois ! [rires] Nous creusons toujours la même chose : la notion de bal. Et nos fondamentaux restent les mêmes : la convivialité, l’intergénérationnel, créer la rencontre et la fête, le tout avec un orchestre live et des meneurs de piste qui font lien avec le public, notamment via un jeu d’apprentissage de certaines danses. Par contre, ce qui change, ce sont le contexte et le répertoire. Nous sommes partis de l’idée du dancing et avons tenté d’en imaginer toutes les facettes possibles. De là, nous avons recréé un lieu, car un dancing, c’est d’abord un établissement, une ambiance plus nocturne, l’importance des jeux de lumières aussi. Nous avons également développé une toute autre « histoire » qui entoure ce nouveau lieu un peu excentrique, avec ses nouvelles figures, ses nouveaux costumes, d’autres façons de faire, d’accueillir et d’inviter le public… Question répertoire musical, évidemment, on commence par un disco, avec une création originale. Et on part de cette première image du disco pour construire ensuite tout un parcours, un voyage de fête en fête, dans lequel il y aura quand même encore du cha-cha-cha, du rock’n’roll, une espèce de madison, un moment slow également… L’idée étant de déployer progressivement une montée énergétique pour qu’à la fin des deux heures de temps de ce Mobil Dancing, le public arrive épuisé, fatigué, mais heureux !

Après sept années de circulation de votre bal itinérant, vous avez changé l’huile de votre moteur, mais qu’est-ce qui fait qu’il tourne encore ? Qu’est-ce qui vous motive à poursuivre cette aventure nomade ?
Voir une centaine de personnes accepter de lâcher prise et de danser telles qu’elles sont, en toute simplicité, il y a une liberté qui se dégage de cela, plein de codes qui s’effondrent aussi... C’est incroyable l’énergie et les rencontres que cela crée. Et cela, c’est essentiel.

  • vendredi 14 juin à 21h00
  • Sur le parvis, devant Chez Amande & Co
  • Quartier des Amandiers
    Place Saint-Géniès, 30700 Uzès
    ACCÈS LIBRE
  • Votre itinéraire sur Google Map

Partagez