DUDASCHIIHCSADUD

David Wampach & Guests

Du 16 juin au 17 juin

CARTE BLANCHE À DAVID WAMPACH - ARTISTE ASSOCIÉ & GUESTS

Artiste associé au CDCN d’Uzès, David Wampach a reçu carte blanche pour venir clore la version 2018 du festival. Chercher d’autres cadres, d’autres mots, d’autres liens : les questions que le chorégraphe s’est posées pour répondre à cette proposition.
Chambouler les notions de temps, de lieux et d’échanges entre artistes et publics : le bouquet final qu’il nous propose pour cette 23e édition.
Une aventure généreuse qu’il construira avec l’aide d’un groupe d’invités, histoire de déployer ensemble un vaste champ de partages et de circulations, allant du samedi matin au dimanche soir, et avec comme point central un chapiteau confortablement installé à l’extrémité de la promenade des Marronniers...
Ateliers, déjeuners sur l’herbe, travail plateau, discussions, performances : les propositions s’annoncent multiples. Deux jours d’activités hors cadres qui se termineront par trois propositions scéniques signées respectivement par Bryan Campbell, Aina Alegre et Erwan Ha Kyoon Larcher.

As the CDCN Uzès associate artist, David Wampach was given carte blanche to close the 2018 Festival. In response, the choreographer meditated on a quest for other frameworks, other words, other connections. His grand finale for this 23rd presentation upends the notions of time, place and performer/audience exchange. With the help of a group of guest performers, he has shaped a generous adventure. Together, they bring you a bounty of shared experiences and activities from Saturday morning to Sunday evening, including workshops, picnics, stage work, discussions and performances, concluded by three pieces signed respectively by Bryan Campbell, Aina Alegre and Erwan Ha Kyoon Larcher.

VIVRE L’ESPACE DE CRÉATION DE L’INTÉRIEUR, ASSISTER À DES MOMENTS INÉDITS DANS LA VIE D’UNE ÉQUIPE ARTISTIQUE.

MARIANNE CHARGOIS
MAEVA CUNCI
LORENZO DE ANGELIS
FOXIE DEUX MILLE
GHYSLAINE GAU
DALILA KHATIR
LISE VERMOT
DAVID WAMPACH

RITUEL D’OUVERTURE DE LA CARTE BLANCHE
Éveil du corps et de l’esprit
samedi 16 juin à 9h
rv au chapiteau

PETIT-DÉJEUNER PARTAGÉ (30’)
Un temps informel d’échange autour du petit-déjeuner. Prévoir son petit-déjeuner, le festival offre le thé et le café.
samedi 16 juin à 10h30
chapiteau

ATELIER DANSE ET VOIX (1h30)
Donné par David Wampach ou un.e danseur.se de l’équipe, il s’agit d’un temps pour entrer dans le mouvement.
samedi 16 et dimanche 17 juin à 11h
chapiteau - réservation indispensable

DÉJEUNERS - TABLES - RONDES SUR L’HERBE (1h)
Partager son déjeuner avec une équipe, moment privilégié de rencontre et d’échange, autour d’une thématique qui sera proposée le jour même. Venir avec son déjeuner !
samedi 16 et dimanche 17 juin à 13h
parc du duché - rv au chapiteau

APRÈS-MIDIS DÉCOUVERTE (3h)
L’équipe est au travail... Filage impromptu d’une séquence de création ? Projection d’un film pour enrichir le travail en cours ? Départ pour une promenade surprise dans la ville ? Autant de possibles non-programmés, qui seront décidés le jour J.
samedi 16 et dimanche 17 juin entre 15h et 18h
chapiteau et extérieur

DES FINS DE SOIRÉES SPÉCIALES ET SURPRISES
• soirée surprises
Performance, numéro de cabaret, projections...
samedi 16 juin dès 23h, chapiteau et bar du jardin
• soirée clubbing avec Erwan Ha Kyoon Larcher alias Lebe Mit
dimanche 17 juin après le concert, salle de l’ancien évêché

Rencontre avec David Wampach

Dans la façon dont vous avez déployé l’idée de carte blanche que vous a proposée Liliane Schaus, directrice du CDCN d’Uzès, on sent clairement un désir de votre part d’explorer d’autres formes de rencontre entre artistes et publics.
Plutôt qu’une programmation, j’ai préféré envisager cette carte blanche comme une plateforme, un espace de recherche, un laboratoire. Car, pour moi, embrasser cette proposition incluait d’emblée une réflexion sur les rapports humains, avec l’idée de travailler ensemble, de marcher, d’évoluer ensemble. (…) L’envie de départ est reliée à la notion de permaculture, qui est une façon de valoriser, d’associer, les terres, les cultures et les forces humaines dans une recherche à la fois d’équilibre et de permanence. Dans cet esprit de complémentarités, il ne s’agit pas que d’« être verts », mais de réfléchir à ce que l’on appelle l’écologie relationnelle, non seulement pour que l’on arrive à perdurer, mais surtout à collaborer, à être dans l’échange…

Si l’on transpose cette notion de permaculture à un festival, votre idée est de tenter d’autres équilibres entre les différents éléments de cet écosystème particulier : autrement dit, entre équipe du festival, artistes et public.
Exactement : comment être davantage dans un partage et un équilibre, et ce notamment avec les publics. Mais je me suis aussi demandé comment l’on pourrait « drainer » davantage, que ce soit dans le temps et dans le rapport aux espaces. Au niveau spatial, c’est clair que les propositions inviteront aux déplacements – et à Uzès, nous avons la grande chance d’avoir un accès direct sur la nature. Quant à la question du temps, l’idée est de travailler sur deux jours de propositions...

Ces deux jours, vous avez choisi de les intituler DUDASCHIIHCSADUD. Que se cache-t-il derrière cet étrange succession de lettres ?
Il s’agit du mot « dudaschi » adjoint à son double inversé « ihcsadud », pour apporter un coté miroir au mot initial, pour donner aussi l’idée d’un échange, d’un espace d’interrogation entre ceux qui font et ceux qui regardent, assistent, interrogent (public, collaborateurs...) (...) Plus précisément, le mot « dudaschi » vient des Kogis, peuple amérindien de Colombie qui fait partie de ce qu’on appelle les « peuples racines », qui ont été précurseurs dans beaucoup de domaine : l’espace politique, l’éducation, l’agriculture... La question de la permaculture dont je parlais, les Kogis en ont jeté les prémisses deux mille ans avant l’heure. L’intérêt que je leur porte vient aussi de toute la réflexion qu’ils ont développée tant au niveau du travail, de la spiritualité, de l’éducation que du pouvoir. La notion d’échanges est très forte dans leur culture. Il n’y a pas de chef dans les communautés kogis, juste des philosophes-guérisseurs. C’est dans cet ordre d’idées que se place notamment ce qu’ils appellent dudaschi, une réunion des membres d’une communauté kogi pour discuter d’un besoin ou d’une question spécifique : de longues sessions de discussions sans interruption, qui pouvaient durer des jours et des nuits, jusqu’à ce que les échanges soient arrivés à leur terme, qu’une réponse soit trouvée, qu’une décision soit prise, collectivement. Cette référence aux Kogis et le principe d’échanges et de partages, sans interruption, sur la durée, que représente dudaschi, résument assez bien les couleurs que je souhaite donner à l’offre très généreuse de carte blanche que m’a faite Liliane Schaus.

  • samedi 16 juin à 09h00
  • Village du Festival
  • JARDIN DE L’ÉVÊCHÉ
    BAR DU JARDIN DE L’ÉVÊCHÉ
    CHAPITEAU
    Les espaces sont ouverts en continu les samedi et dimanche.
    Pour se désaltérer, se restaurer, La caravane à délices de Juliette et Pierrot est accessible quasi en continu dans le bar du jardin.
  • dimanche 17 juin à 11h00
  • Village du Festival
  • JARDIN DE L’ÉVÊCHÉ
    BAR DU JARDIN DE L’ÉVÊCHÉ
    CHAPITEAU
    Les espaces sont ouverts en continu les samedi et dimanche.
    Pour se désaltérer, se restaurer, La caravane à délices de Juliette et Pierrot est accessible quasi en continu dans le bar du jardin.

Partagez

tarifs & réservation